Les aventuriers de l’aqueduc perdu (épisode 8)

Et les aventures de la saison 1 continuent avec l’épisode 8 entremêlant aqueduc et carrières. Le départ se situe dans le bois Moletant, au niveau du single qui, du contre-bas du parcours de santé d’Albigny, contourne et surplombe l’ensemble du front de taille de la carrière située au dessus de St-Léonard (voir épisode 7).

A la sortie du bois, il y a un point de repère sur un arbre, facile pour se repérer.

moletant vinouve088

Mais c’est là qu’est l’os, hélas… En effet, c’est là que l’histoire des carrières croise celle de l’aqueduc… A force de longer le haut du front de taille, on prend peu à peu de l’altitude et le front gagne du terrain sur le relief. Bref, l’aqueduc a été détruit par les carriers, et se trouve donc sur une ligne imaginaire et aérienne.

moletant vinouve091

Ici, il faut imager un aqueduc un peu en contre bas…

Qu’à cela ne tienne, il faut donc descendre au fond du vallon, pour essayer de retrouver sur le versant d’en face les traces de notre aqueduc.

Mais auparavant, un petit rappel des vallons de Couzon et des carrières s’impose: les anciens appelaient ces vallons, des combes. Ces vallons sont bien connus pour ceux qui ont fait des séances avec Nini, grand maître des vallons. Il y a 3 combes sur Couzon, du Nord au Sud: la combe de Moletant, la combe de Vinouve, et la combe de l’Ecoran. Le “challenge GR” part de la combe de l’Ecoran. Le versant exposé au sud était appelé la combe à l’endroit (à droite en montant) et celui exposé au nord, la combe à l’envers (à gauche en montant).

Nous sommes donc dans la combe de Moletant, combe assez bruyante d’ailleurs du fait des tireurs d’élite qui s’entrainent au T.O.L. (Tir Olympique Lyonnais) à chaque fois que j’ai la bonne idée d’emprunter ce vallon. Évidemment, dans cette combe, point d’aqueduc, car il n’y a plus de montagne, et l’altitude est trop basse. On est dans le domaine des carriers, et à une époque plus récente que l’époque romaine.

Le carriers ont vraiment modifié le paysage des combes et des Monts d’Or. Mais le paysage des carrières des Monts d’Or est bien souvent le même d’une carrière à l’autre, d’un vallon à l’autre, d’où le risque d’erreur et de mauvais single lors des trails, (surtout avec Nini!!!). On peut résumer le paysage en 3 points:

  • – un front de taille plus ou moins gigantesque avec quelques cailloux et pierres à son pied; Parfois, certaines pierres semblent posées là en attendant encore leur tailleur (le muratore, comme on dit encore dans le Montd’orois)

  • – un sentier empierré qui descend du front de taille jusque vers la Saône, en empruntant des tunnels de pierres sèches

  • – des montagnes de déchets de carrière entassés par-dessus les tunnels et contenus derrière des murs de soutènement également en pierres sèches. Et voilà pourquoi il y a du vallonnement dans les combes, pour notre plus grand plaisir: avec leurs quantités de déchets, les carriers nous ont fait un super terrain de jeu pour nos cuisses.

moletant vinouve105moletant vinouve100

Le front de taille et ses blocs de pierres à tailler

moletant vinouve097

un sentier empierré et le tunnel d’évacuation des pierres (typique du montd’orois, ici dans la combe Moletant)

Je reviens donc au parcours:  à force de longer la « combe à l’envers », on finit pas rattraper la fin des carrières de la combe Moletant, et il y a miraculeusement un single qui remonte « dré dans l’pentu » comme on dit dans le Montd’orois, en limite de front de taille. Il faut donc le prendre pour atteindre l’altitude 303-304 qui est celle de notre aqueduc. A partir de là, c’est facile, il suffit de rester à cette altitude et d’aller vers le Sud. C’est relativement dégagé. Passage sous une ligne à haute tension; bizarrement on passe sur un plot en béton à l’endroit où devait passer l’aqueduc…

moletant vinouve122

En poursuivant à la même altitude, on croise le sentier des Monts d’Or (qui monte à la Croix-Vitaise), et enfin, on arrive sous la Vierge de Couzon après quelques griffures. La Vierge domine d’anciennes carrières.

Et là, changement de combe, c’est la que duc…, euh non, pardon…, c’est là que démarre la combe de Vinouve, qui s’emprunte par le sentier des Aires (prolongement de la rue Georges Lyvet). Le sentier s’appelle comme ça du fait qu’il mène en haut à des aires délimitées par des murs en pierres qui parquaient les chèvres (d’où aussi le « mas des chèvres », qui accueille de nos jours de drôles de chèvres les samedi soirs…)

Dernière info, le vieux mur situé au départ du chemin des Aires, recèle vers sa base un fragment d’aqueduc remployé… Mais où est Charlie ??? (avec Duke, biensûr!!!). Cherchez bien.

aqueduc tignot grottes011

Réponse au prochain épisode

L’épisode 8 s’arrêtera là. Le prochain épisode vous emmènera dans cette 2ème combe, puis dans la 3ème, et là, promis, vous ne reviendrez pas broucouille: l’aqueduc croisera encore l’histoire des carrières et croisera même un tunnel, une véranda, une caborne etc…. Bref, tout un bric-à-brac pour l’épisode 9.

Une réflexion au sujet de « Les aventuriers de l’aqueduc perdu (épisode 8) »

Laisser un commentaire