Xl-race 2015 vécue par Ka

 

30 et 31 mai 2015

 Parcours :

87km et 5300 m de D+

Jours 1 : 44.5km – 2550mD+ – 2527mD-

Jours 2 : 43km – 2780mD+ – 2772mD-

J-15

La pression monte. Je me demande vraiment si mes 3 mois de préparation quasi seule avec 50% passé en salle à Paris à faire de la PPG vont être suffisants. Je doute, j’ai peur. Je me rassure en me disant que mes deux premiers semis de la saison se sont bien passés et que j’avais même une meilleure forme que l’an dernier. Je fais une dernière sortie longue avec Steph qui me permet de découvrir le début du parcours jusqu’au Semnoz. Toujours de bonnes sensations dans les jambes mais mes pieds et mes lombaires me font souffrir. Steph va faire mon assistance sur les 2 jours.

Le stress monte d’un cran lorsque j’apprends par mon podologue que je dois changer de chaussures de trail : mauvais choix initiale d’où mes douleurs aux lombaires et sous les pieds. Je décide de suivre ses conseils même si 15j avant une course je sais que je prends un risque de repartir sur une paire de chaussure que je n’aurais pas suffisamment assouplie et testée.

J-7

Je suis en mode repos (jus !). Je fais un peu de footing avec Kelly (ma fille aînée) pour assouplir mes chaussures.

J-1

Je récupère mon dossard et j’ai le plaisir de revoir un collègue (Mathieu) qui lui a le courage de se lancer sur la Maxi-Race (la même chose en 1 jour). Je rencontre également Jojo et Vanes., des GR,  venus également chercher le dossard de jojo pour la maxi. J’aime me retrouver dans cette ambiance d’avant course. Là on se dit : « on y est ! »

Steph me rejoint à Aix. Je mange ma salade de pâtes, je prépare mes affaires et me couche à 21h00. Je m’endors à minuit..

Jour J

1er jour

20150530 051242_-_Copie

Le réveille sonne à 3h30 ça pique un peu mais je m’attendais à pire. Tout est prêt. Un gros bol  de céréales (bio maison !) un peu de pain d’épice et c’est partie. 5h on est sur place. Un peu trop en avance finalement. La nuit est encore là. Je prends ma frontale ou pas ? Finalement j’écoute steph et la laisse dans le coffre ça fera toujours ça en moins à porter (oui oui ça compte pour moi !).

Bon ben va falloir y aller.. Qu’est-ce que je fais là..j’ai mal à l’estomac. Je me dis que c’est la trouille. Tchek avec steph et direction le sas de départ.

Gluups envie de vomir (bizarre j’ai jamais eu ce symptôme au départ).

6h. le départ est donné. Le speakeur annonce 400 au départ de l’XLrace . Nous partons avec les relais (2 ou 4) ça fait du monde. Je me méfie donc du rythme soutenu qui s’installe et tente de repérer les dossards violets comme moi.

Arrivé dans la premier montée vers le Semnoz . Mes jambes vont bien mais je trouve que ça part un peu vite…Je me dis que je n’ai pas le niveau..mon estomac ne me laisse pas de répit. Des retours gastriques (désolée pour les détails) commencent à me faire douter. Le stress d’avant départ ok mais une fois partie je n’ai jamais eu ça ! Je comprends que j’ai augmenté les doses sur mon petit dej (histoire d’avoir plus de réserve) et que je suis en train de mal le digérer. 8km se sont passés et  Je ne peux ni boire ni manger. J’ai espoir qu’une fois la digestion passée tout rentrera dans l’ordre.

La pente se raidit. Le rythme est toujours soutenu. La forme n’est pas là. Mais  3km avant le sommet du Semnoz mon estomac décide de me laisser tranquille. Je peux enfin prendre un gel et retrouve la pêche. 18km et 1200 D+ je retrouve steph au ravito. 3H19 qu’il m’attend le pauvre. Grosse déception de voir le ravito vidé ! Il ne reste plus que quelques morceaux de fromage et du liquide. Je suis déçue et surprise que l’orga n’ait pas mieux anticipé le passage de 3000 coureurs (la maxi est partie à 3h pour le championnat du monde et 5h pour les coureurs hors championnat). 1 seul ravito sur 43 km et le trouver vide, c’est dur. Mais la forme est revenue. Steph m’aide à recharger en eaux. Je mange une barre d’ovomaltine et je repars.

20150531 081124

Jne vais pas vous faire le reste du parcours au km prêt sinon je vais vous perdre. Le reste se passe bien. Le terrain est très glissant (il a plu dans la nuit et du monde est passé) du coup je reste vigilante.  Je remonte petit à petit et me rends compte que ceux qui étaient partis vite ce matin sont cramés maintenant (hé hé hé). Surtout sur le col de la clochette qui est trèèès raide. Bon ok j’en bave aussi. Le reste du parcours se passe bien. Je relance facilement, je me surprends et me dis : « gardes en pour demain ! ». Je gère la descente vers Doussard pour éviter de trop traumatiser les quadri et ne pas avoir trop de dégâts pour le lendemain.

 

Des GR* sont là pour m’accueillir à Doussard : Aurélia prend le premier relais et court avec moi 500m (en tongue !) et Julie prend la relève et m’accompagne jusqu’à l’arrivée. Damien et Steph m’encouragent. Du pur bonheur une arrivée dans ces conditions. Après 8h03 de course, première partie terminée. Je suis en forme. Je me dis que j’aurai pu continuer..mais peut-être est-ce dû à l’euphorie de l’arrivée. On retourne tout de suite à Aix pour me reposer. 18h je mange ma salade de pâtes (he oui encore). Un peu d’arnica sur les cuisses et hop 19h je suis au lit. Le réveil est calé à 4h. Je m’endors assez rapidement mais me réveille par intermittence. 3h je n’arrive plus à me rendormir.

 

2ème jour.

4h debout. Pas de courbature, je suis la première surprise. Je petit-déjeune (moins !). 5h on est parti. 5h45 on est encore en avance ! (départ à 7h). Du coup petite sieste dans la voiture. 7h le départ est donné. Je craignais les premières foulées mais tout va bien. Ce parcours je le connais pour avoir fait le Marathon Race l’an dernier et je sais que cette partie est beaucoup plus jolie mais plus technique. La monté jusqu’au Chalet de l’Aulps (11km 1000D+) se passe en single dans un groupe qui avance bien. Du coup j’arrive au premier point de passage bien en  avance. J’ai l’impression d’être plus en forme que la veille. . Sans doute car je n’ai plus mal à l’estomac. Je croise Steph qui m’encourage et qui a l’air aussi surpris que moi de ma forme. Je le paie au 13ème km. Les premiers coureurs du marathon race (partis à 8h) nous dépassent en pleine ascension du Pas de l’Aulps et je vis un enfer. Toutes les 2 minutes je dois m’arrêter pour les laisser passer car le passage est étroit. Ça m’épuise. Je perds mon rythme et je n’ai plus de jambe pour relancer à chaque fois. J’arrive au sommet à 4 pattes sur les rochers et même là on me grimpe presque dessus pour gagner 2 secondes. Je prends quelques minutes de pause pour reprendre de l’énergie. Dans ces cas-là mes pensées vont vers mes filles. Je veux qu’elles soient fières de leur maman. Ça me reboost. Du coup je repars un peu mieux. L’arrivée à Menthon est animée (12h55). Beaucoup de familles sont venues encourager leur proche. Je prends le temps de boire une soupe, un peu de jambon et des fruits. Cette fois le ravito est encore garni. Je suis les conseils de Steph et je refais le pleins en eau car il n’y plus rien ensuite. L’an dernier je me suis retrouvée à sec en haut du Mont Baron. Je ne voudrais pas revivre ça, surtout qu’il fait très chaud.

Bon maintenant je sais qu’il reste 3 montées : la première : longue mais « normale », la deuxième : un km vertical et la troisième et dernière : interminable ! Mentalement je suis prête. J’y vais doucement pas à pas dans la montée raide sans lever la tête. Cette fois je peux garder mon rythme et c’est moi qui double les coureurs du Marathon qui explosent dans la 2ème montée (et toc !!). Plusieurs points de vue magnifiques sur le lac nous donnent de l’énergie.

Là c’est le sommet du Mont Baron .. je sais maintenant que l’arrivée est toute proche et que je vais pouvoir (si mes cuisses me suivent) me faire plaisir dans la descente. Je prends le temps de ranger mes bâtons et je m’élance. 4.4 km de descente assez technique entre rochers et racines mais aussi des petites parties de relance qui détendent les jambes. Je cours, je vole !! Je commence à entendre le micro. Ok je me méfie car le son monte et je me suis déjà fait avoir. J’essaie de regarder où j’en suis sur ma montre mais il vaut mieux ne pas quitter des yeux le chemin en descente. Et là je reconnais le pierrier qui annonce la fin de la descente et l’arrivée sur l’esplanade. Plus que 2km. La descente m’a pris mes dernières forces. Je cours toujours mais je sens que je suis épuisée. Heureusement le public est là et me porte. Et d’un coup je vois une petite tête brune sortir du public et me prendre la main. Ma fille est là. Elle a fait le trajet depuis Lyon en covoiturage et est arrivée  juste à temps. Mes larmes coulent toutes seules. Quel magnifique cadeau de fête des mères. Je fais donc le dernier (interminable) km en sa compagnie et nous passons la ligne d’arrivée la main dans la main..

Bilan :

Quelques petites brulures de frottement dans le dos, un ongle du gros orteil qui ne devrait pas rester accroché bien longtemps mais aucune blessure. Une magnifique aventure vécue sur 2 jours.

16h13 de course sur les 2 jours.  8h03 1er jour/8h10 2ème jour

Scratch 261/400 partants (300 arrivés )- Cat femme : 38/60 (47 arrivés)- cat V1F : 15/30 (18 arrivés). Nb : la 16ème arrive 1 heure après moi J

Remerciements :

Un grand grand merci à Steph qui non seulement m’a offert son invitation pour cette course mais qui de plus a sacrifié un we entier pour venir m’assister.  Il a été présent tout a long du parcours pour m’encourager et m’aider à chaque ravito et c’est très précieux . Je lui dois aussi ma réussite.

Merci aux GR pour leur présence, à tous mes amis pour leurs sms et à tous ces messages de soutiens et d’encouragements sur Facebook.

Merci à mon podologue (même s’il ne lira jamais ces lignes) pour m’avoir fait changer de chaussures et fait de supers semelles : aucune ampoule et douleurs dans les lombaires. J

Bien sûr un remerciement tinté encore aujourd’hui d’émotions à Stécie pour ces derniers mètres partagés,  et à Kelly qui a tout fait pour pouvoir venir mais son travail l’en a empêché.

Et merci à vous qui arrivez au bout de ces lignes. Mon premier CR, soyez indulgents 🙂

Relais nocturne samedi 3 novembre

Bonjour,

Pas sûr d’utiliser le bon endroit pour ce type de demande mais :

Julie Sauze et moi-même (karine FRIBOURG) recherchons deux personnes interessées pour faire un trail nocturne le 03/11 en savoie.

 le premier relais est de 15km (600D+) et  l’autre de 20 km (475D+). Reste à définir qui fait quoi. 🙂

Pour plus d’infos : 

 

http://www.lanocturnedesteppes.com/le-parcours.php

Deux autres gônes sont inscrits pour le solo de 35km. (Guillaume et Yoyo)

pour les interessé(e)s : karine.fribourg [at] gmail.com

merci

Ka