Traversée du Jura Suisse – par Jean-Jean

L’avantage d’être vieux c’est d’avoir la tête remplie de souvenirs, l’inconvénient ça rend parfois nostalgique et comme je n’échappe pas à la règle lors de la programmation des randos hivernales, j’ai voulu revenir sur l’itinéraire de la traversée intégrale du jura de Bienne à Culoz que j’avais réalisé en 1986.

Autre temps autres mœurs, pour cette édition pas de classique tout en skate et comme mes coéquipiers ne sont pas du genre à porter de gros sacs à dos on met en place une logistique de soutien avec un véhicule et son chauffeur qui trimbale nos fringues de gîtes en gîtes.

Compte tenu des circonstances cette logistique va s’avérer payante, en effet si nous avons 4 jours devant nous pour réaliser l’itinéraire de la traversée du jura suisse des Bugnenets à la Givrine nous n’avions pas prévus d’avoir la météo contre nous.

On démarre le lundi 22 pour la première étape des Bugnenets au Vieux Chateleu où on effectue 45km avec 970m de D+ et 990mde D- et tout ça en 6h.

Départ de Lamoura à 7h et de suite grosse frayeur à la hauteur du stade de biathlon des Tuffes où la voiture glisse sur le verglas et part à gauche à droite , manœuvre désespéré de notre chauffeur serge qui arrive à nous maintenir sur la route sans rien toucher, ça plombe l’ambiance pour un long trajet à travers la suisse et enfin rejoindre le point de départ de la TJS aux Bugnenets entre Neuchâtel et la Chaux de fonds.

TJS1

Au départ malgré le manque de neige la piste est bien damé, mais ça ne dure pas dés les « 4 bornes » plus de damage c’est juste praticable avec parfois comme à « derrière pertuis » plus que de l’herbe, on continue à progresser tant bien que mal d’une plaque à l’autre, on avale même une bonne bosse avant de redescendre sur « La vue des Alpes », arrivé là premier constat, compte tenu de l’état des pistes et de l’enneigement la moyenne n’est pas très élevé et au vue des paysages ça risque de ne pas s’améliorer, d’ailleurs le dameur des pistes nous déconseille de rester sur la crête les pistes après « la Tourne » sont totalement fermées nous empêchant de revenir à « Grandes joux » par « Martel dernier » on se rabat donc sur l’itinéraire officiel et la descente sur « La Sagne » non damé ce passe assez bien malgré quelques cailloux à éviter.

Là on décide de sortir de l’itinéraire et remonter au nord sur « La Courbatière » pour prendre la piste « Communale » et là cet itinéraire même s’il n’est pas damé est plaisant et très sympa, du moins jusqu’à la traversée de la route de « La Sagne » au « Locle » où malheureusement les 500 premiers mètres de la montée sur  « Grand Sommartel» sont impraticables, cette montée de 4km me semble interminable, ensuite malgré quelques passages acrobatiques pour passer d’une plaque de neige à l’autre la descente sur « Chaux du milieu » est vraiment plaisante. Mais c’est le spectacle de l’herbe qui envahi toute la combe qui nous perturbe et si nous voilà partis direction du « vieux Chateleu » nous n’irons guère plus loin que « Cerneux Péquignot » et c’est au carrefour de l’hôtel du moulin que nous ferons appel à notre chauffeur pour venir nous récupérer et nous conduire à notre hébergement, déçu mais finalement bien content d’avoir réussi à skier autant de kilomètre avec ces conditions.

Pour la 2ème étape nous devons évoluer entre le vieux Chateleu et les Longevilles mont d’Or et on effectuera 29km avec 470 m de D+ et 760 de D- en 3h30.

TJS2

Ce mardi matin vent violent et pluie, nos bonnes résolutions s’envolent vite d’autant que la première descente après le refuge est déneigée, on décide donc de ne pas faire la première partie et de ce rendre directement «  au Tillau », malheureusement il pleut toujours et l’enneigement ce résume à la portion congrue, cette fois ci on ne recule pas et nous voilà parti de plaque de neige en plaque de neige avant de quitter l’itinéraire de la GTJ pour la piste « des prises » l’idée étant de rejoindre les pistes suisses de la « Vraconnaz », la piste est bonne jusqu’aux « marais » mais ensuite c’est sauve qui peux jusqu’au village heureusement sous les skis c’est de l’herbe, on persévère quand même et le retour sur « La Coupe » et le foyer de ski de fond des Fourgs est bien meilleur, évidement on est trempé comme des rats et nous sommes bien content de retrouver notre chauffeur histoire d’enfiler des vêtements secs, de se réchauffer, de grignoter quelques vivres et de discuter avec les gars des pistes sur les possibilités de continuer jusqu’aux « Hôpitaux Neufs», impossible par l’itinéraire de la GTJ  reste plus que le mont de l’herba, nous voilà donc repartis par « La combe de Vourbey » histoire de rejoindre la piste noire de l’herba , surprise la piste n’est pas mauvaise bien sur ça grimpe  et le vent est encore plus violent mais il ne pleut plus il neige, on  a au moins gagné ça, seconde surprise  bien sur il faut être vigilant, mais la descente sur Métabief passe encore bien à tel point que l’on déchausse arrivé seulement à 100 m de la passerelle, fin de l’aventure pour aujourd’hui plus de neige on rejoint notre chauffeur vers la gendarmerie direction La roche du trésor notre gîte, bonheur suprême un grand séchoir, avec 2 tenues trempées pour aujourd’hui c’est un vrai luxe.

Pour la 3ème étape c’est Les Longevilles Mont d’Or / Le Mollendruz qui est prévu, au final on va parcourir 26km avec 650m de D+ et 540m de D- en 4h.

TJS3

Ce mercredi matin changement d’horizon il a neigé dans la nuit, tout est blanc et il fait -12°, on fait le choix de partir des Longevilles, bien sur le début à pied avant de chausser dans les premiers près et rejoindre la montée sur le « Mont d’Or », il n’y a quand même pas trop de neige sur la partie basse de la route qui monte sur le plateau, histoire de ne pas trop massacrer les semelles des skis on fait une partie à pied, par contre beau soleil lorsque l’on rejoint les pistes damés du mont d’or, enfin du vrai ski pour se faire plaisir, on rajoute même la boucle « du lynx »sur laquelle on retrouve notre ami Michel Vuillemin, l’occasion de discuter CO, arrivé au point de vue changement de temps un brouillard à couper au couteau, dommage ce n’est pas encore aujourd’hui que l’on pourra admirer les sommets environnant et la vallée de Joux. Nous voilà donc repartis en direction de la Suisse, surprise l’itinéraire de la TJS est indiqué par « la petite Échelle » et cette option ne nous convient pas de trop, pas que les souvenirs d’une nuit passée dans les yourtes de la petite échelle soient mauvais mais il semble nous rappeler que la jonction hors pistes petite échelle le poteau soit assez longue, on décide de poursuivre sur la piste damé de la GTJ jusqu’à l’ancien itinéraire TJS que nous n’avons pas trop de mal à retrouver le panneau jonction pistes suisses existant toujours, bien sur personne est passé par là mais un rapide coup d’œil sur la top 25 et comme l’itinéraire est entièrement descendant nous n’avons pas trop de mal à rejoindre la frontière et ensuite la longer pour rejoindre « Le Poteau ». Bien sur plus de soleil et compte tenu des conditions il n’y a plus rien de damé mais comme on est joueur on décide d’engager la descente, on verra bien où ça nous mènera, finalement on est assez chanceux malgré quelques passages scabreux on finira skis aux pieds jusqu’à l’église du « lieu » où on retrouvera notre chauffeur. 

Vu l’enneigement on monte en voiture jusqu’au col du « Mollendruz » arrivé sur place mauvaise surprise le dameur nous annonce que les pistes sont fermées et qu’il n’est pas possible d’aller en ski à notre hébergement de « La Breguettaz » et que pour notre étape de demain c’est fortement compromis puisque la jonction col du Mollendruz, col du Marchairuz n’est pas ouverte ainsi que la jonction col du Marchairuz, col de la Givrine seul la combe d’emburnex semble skiable, grosse deception on pensait vraiment être tranquille coté enneigement sur les crêtes, très déçu on décide 

Malgré la présence de nombreux chamois d’arrêter les frais ici et rentrer directement en voiture à Lamoura en nous donnant rendez-vous pour l’année prochaine et retenter cette TJS d’autant que l’on a tout fait pour arriver au bout.

L’avantage d’être vieux c’est d’avoir la tête remplie de souvenirs, l’inconvénient ça rend parfois nostalgique et comme je n’échappe pas à la règle lors de la programmation des randos hivernales, j’ai voulu revenir sur l’itinéraire de la traversée intégrale du jura de Bienne à Culoz que j’avais réalisé en 1986.

Autre temps autres mœurs, pour cette édition pas de classique tout en skate et comme mes coéquipiers ne sont pas du genre à porter de gros sacs à dos on met en place une logistique de soutien avec un véhicule et son chauffeur qui trimbale nos fringues de gîtes en gîtes.

Compte tenu des circonstances cette logistique va s’avérer payante, en effet si nous avons 4 jours devant nous pour réaliser l’itinéraire de la traversée du jura suisse des Bugnenets à la Givrine nous n’avions pas prévus d’avoir la météo contre nous.

 

On démarre le lundi 22 pour la première étape des Bugnenets au Vieux Chateleu où on effectue 45km avec 970m de D+ et 990mde D- et tout ça en 6h.

Départ de Lamoura à 7h et de suite grosse frayeur à la hauteur du stade de biathlon des Tuffes où la voiture glisse sur le verglas et part à gauche à droite , manœuvre désespéré de notre chauffeur serge qui arrive à nous maintenir sur la route sans rien toucher, ça plombe l’ambiance pour un long trajet à travers la suisse et enfin rejoindre le point de départ de la TJS aux Bugnenets entre Neuchâtel et la Chaux de fonds.

4 réflexions au sujet de « Traversée du Jura Suisse – par Jean-Jean »

  1. J’ai vu passer le titre de cet article que je n’ai pas ouvert, j’y reviens dessus aujourd’hui !!! Je n’avais pas tilté que Jean Jean, c’est le père Dechavanne !
    Il me semblait bien ! Le petit, c’est Dom, mon collègue de boulot !
    La photo de l’herbe, je l’avais déjà reçu par mail…
    Il va être fier mon Dom, de savoir qu’il devient “célèbre chez les Gônes Raideurs ! 🙂

Laisser un commentaire