Raid Orient’Alpin 2013, ou la revanche sur 2012 !

 L’année dernière, Marine et moi participions à notre premier Raid Orient’Alpin à Chamrousse. Quasiment jour pour jour, nous décidions, déçus de notre précédente prestation, de revenir pour en découdre avec les parcours typés « orientation » concoctés par les organisateurs d’Orient’Alp.

« Cette année, c’est la bonne », voilà ce que nous nous sommes dits en décidant de venir fin août pour cette édition à Chichilianne, au pied du Mont Aiguille.

Deux mois plus tard, nous sommes le dimanche 6 octobre, le ciel est gris et menaçant alors que la température est bonne. L’avantage d’être sur le parcours « Challenger », ce n’est pas une course contre la montre pour arriver et se préparer. Le départ est programmé à 9h30, nous sommes « larges ». Nous croisons Anne-Laure et sa sœur, Flo et JD, et Loïc et Gilles qui ont déjà leurs vélos enfourchés pour le raid « Élite ».

Il est 9h00 et les furieux sont déjà en piste à un rythme fou. Le constat est clair, Marine et moi sommes bien contents de ne pas être partis avec eux. Leur journée risque d’être longue !

Déjà 9h25, il est temps de rejoindre la ligne de départ pour un mass start en VTT qui s’annonce bien épique dans un champ qui rejoint la route par un petit talus qui sent bien l’embouteillage.

« Partez ! » Comme prévu, c’est un joli bordel pour sortir du pré mais le ton est donné ! Les challengers ne sont pas là pour acheter du terrain. Parfait ! Nous commençons tranquillement le raid à un petit rythme, Marine m’ayant rappelé à l’ordre sur le trajet Lyon-Chichilianne – « on part cool hein ». Pour une fois, je me canalise et ça me va bien de ne griller quelques cartouches inutilement. Cette première section VTT est une petite boucle autour du centre équestre histoire de se mettre dans la belle carte IOF et appréhender l’échelle avant de rejoindre la première CO. Le peloton hésite à un croisement alors que Marine a du flair et fait le bon choix. Pour ma part, j’étais déjà bien à côté de la carte !

Les premières difficultés sont avalées tranquillement et Marine pour une reprise est toujours bien en forme. Je suis en jambe alors je tente de lui proposer l’élastique. Elle accepte avec un grand sourire ! Je suis rassuré, je vais pouvoir me faire les grosses cuisses pendant qu’elle corrige mes choix d’orientation en VTT. Nous arrivons à la section de CO. La carte est belle et nous partons pour enchainer les balises dans l’ordre que nous souhaitons. Au niveau du classement, nous pensons que nous nous situons dans le haut du peloton, nous suivons de loin Flo et JD.

Au détour d’un vallon, nous croisons Gilles et Loïc contents d’être dans la pampa en quête de balises. L’ambiance est bonne et ils filent bon train. Le temps d’un coucou et nous poursuivons notre chemin sans boulette d’orientation en assurant nos choix.

Fin de section, le parc VTT est alors bien rempli. Une fois n’est pas coutume, nous ne trainons pas dans la zone de transition car nous avons choisi de ne pas prendre nos chaussures de vélo. Choix très appréciable pour ce genre de parcours !

Cette nouvelle section de VTT est tracée sur un bout de carte IGN qui nous ramènera au centre équestre après 16km de pédalage plus ou moins technique. Nous prenons l’initiative d’un aller-retour sur la balise 2 qui nous permettra de rouler ou plutôt de dérouler sur la large piste en contre-sens de nos concurrents perplexes. Le choix est bon mais une hésitation plus loin nous fait perdre une bonne partie de notre bonus… Nous rattrapons Flo et JD qui semble être à l’agonie alors que Marine est bien accrochée à ma selle. Sur la fin de la boucle, un signaleur nous annonce une minute de retard sur la première équipe mixte. Je ne dis rien à Marine mais elle comprend bien que nous n’allons plus traîner !

Arrivés au stand de tir, la stratégie est simple : nous décidons de partager les 5 essais. Marine commence et ouvre le bal avec un beau 2/2, « Continue ! ». Chose faîte avec un 5/5 et aucune pénalité prise, première revanche sur l’année dernière ! La première équipe mixte est bien là et prend son temps. Nous ne trainons pas et repartons devant eux pour une courte section VTT de 2km.

Une dernière section CO, plus technique se profile devant nous. VTT posés, nous attrapons deux cartes à la volée et naviguons de balises en balises toujours avec une belle marge de sécurité en assurant nos choix. Une assurance apparente, qui ne m’a pas empêché de prendre une belle vautre sur un rocher glissant. J’ai rebondi alors que lui n’a pas bronché. En cadeau, une belle tarte sur la cuisses… Marine, un peu désabusée, me reproche de ne pas pouvoir s’arrêter et cueillir des beaux champignons – « euh, ouais mais non ». Elle rumine dans son coin et nous continuons notre chemin. Le cout de massue tombe aux 2/3 du tracé, au poste 10, quand nos concurrents directs nous reprennent. La claque ! Nous les pistons et leur collons aux basques sans lâcher d’un regard la carte et éviter de se retrouver dans une mauvaise orientation… Ils ne font pas de faute et enchainent les postes avec une facilité déconcertante en galopant dans tous les sens. Nous nous accrochons jusqu’à la fin.

[((/blog/public/.DSC_1179_m.jpg|DSC_1179.jpg||DSC_1179.jpg, oct. 2013))|/blog/public/DSC_1179.jpg||DSC_1179.jpg]

Encore une fois, la transition est rapide et nous repartons devant. « Vite, Vite ! » La fin de course approche. Ce dernier VTT’O est rapide avec moins de 4km à parcourir. Court mais qui ne m’empêchera de faire une énième micro boulette et revoir débouler l’équipe de Melteam Pot’s. Ça parait compliqué et pas très sport de repartir devant eux. Nous terminons le raid avec eux. Sur la ligne d’arrivée, nous les félicitons mais c’est dans l’incompréhension qu’ils nous saluent – « ah mais nous ne savions pas que vous étiez sur notre circuit… »

L’heure du verdict a sonnée, nous partons « vider » notre doigt afin d’obtenir notre temps final : deuxième mixte et septième au général !

Ce n’est pas si mal comme revanche. Nous avons le droit à un petit podium champêtre et la photo souvenir avec une coéquipière, Marine, toujours souriante et agréable dans les vadrouilles et sur les chemins, qui n’a pas rechignée à la tâche de retour d’une crève carabinée et à deux semaines de sa finale des challenges de raid, au RTA.

Cette édition encore, le raid Orient’Alpin a su ravir nos âmes de raideurs avec de belles cartes de CO et des beaux tracés forestiers même si cette année je regrette l’absence de points de vue et d’engagement sur notre parcours. Nous n’avons plus d’excuse maintenant, nous devrons nous engager sur le circuit « Elite » !

Félicitations à Gilles et Loïc qui en ont bavés et à Anne-Laure, Flo et JD.

 

6 réflexions au sujet de « Raid Orient’Alpin 2013, ou la revanche sur 2012 ! »

Laisser un commentaire